Un Tramway nommé désir !

 

Guéant (BAM-BAM), Champion (BAM-BAM), le reste c’est du bidon !

Répètent-ils en cœur dans ma tête. J’aime Claude Guéant plus que tout au monde.

Il (et ses compatriotes) ont affrété un tramway remplit de la pire des espèces. Celle qui donna son nom a une cigarette jaunâtre qui empestait autrefois les PMU égarés. 

 

J’ai longtemps hésité à choisir un titre pour cet article ; j’aurais d’ailleurs pu écrire un article fait que de titres. Mais j’avais d’autres choses à dire, alors il a fallu trancher.

Voici les titres déchus que vous avez manqués :

-         Le Nomade Land

-         Roms must go on

-         La météo l’a dit : demain, il fera un gitan de merde.

Alors que les parasites gitans souillaient nos bidonvilles, nos parkings et nos terrains vagues, les citoyens ruminaient leur haine dans les repas de famille afin de transmettre des valeurs fondamentales à leurs enfants qui haïssaient déjà la guitare.

Mais ça ne suffisait pas à Zorro Claude.

La route du rhum à la rame, un petit coup de rhum pour la route, et un petit coup de tram pour les roms.

Avec la RATP comme complice, un grand convoi a quitté notre noble terre par delà la frontière.

Je verse une larme.

Moi qui suis un éternel nostalgique de 42, voilà que mon fidèle ami Claude Guéant me fait revivre les meilleurs moments de la rafle du vel d’hiv. Merci mon pote, ça fait chaud au cœur.

 

C’est les poules qui vont être contente.

 

Dans cette vague somptueuse d’exclusion, j’aimerai quand même mon Claudio d’amour que tu n’omette pas certaines personnes. Si tu pouvais nous débarrasser des quelques Gipsy King, Sanseverino et Thomas Dutronc, tu ferais de moi un homme comblé.

Car il y a pire que le gitan qui chante et qui vole ;  il y a celui qui joue au gitan en imitant l’attitude manouche. Celui là je veux qu’il meure. Tout simplement.

 

Et puis ton tram, où est-il partit ? La presse nationale nous annonce son départ mais pas son terminus. Sachant que le peuple gitan est un peuple nomade, ce tramway va t-il tourner éternellement autours de nos frontières ? Où bien nous a tu concocté un de ces délicieux camps comme à Mysore, à Dabaab ou à Maela ?

 

Il n’y a plus de chaises pour s’asseoir.

 

Pour terminer cet article, j’aimerai qu’on se quitte sur cette chanson de Serge Lama, le chanteur qui crache :

Hé l'ami, ce soir c'est la bourrasque
Je t'achète un masque
Et une chemise en soie
Ce soir je t'emmène
Sors tes grands "je t'aime"
De galas
Paris s'illumine
Comme une vitrine
De Trenet, de Chevalier
Ce soir on est les héritiers

 

Rom, Rom, Rom, fais-nous voir le ciel
Rom, Rom, Rom,  fais-nous du soleil
Rom, Rom, Rom,  rends-nous les ballons
Les ballons rouges et ronds de notre enfance
Rom, Rom, Rom, fais-nous voir l'amour
Rom, Rom, Rom, sous son meilleur jour
Rom, Rom, Rom, fais-nous in the room
Du Prosper youp là, youp là, boum

 

J.L.L

 

ROM GITAN POULE EMPAILLEUR DE CH

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site