Le Tislamisu

Il faut regarder attentivement le visage d’un client de restaurant qui reçoit un Tiramisu en guise de dessert.

Les yeux absolument normaux, une bouche qui salive habituellement, un sexe irrémédiablement béat, et une femme désuète de compagnie qui est aussi fade et pâle que l’entremet qui vient s’inviter sur la table.

Un tiramisu.

L’horreur absolue.

« Il est impossible pour un être humain d’aimer le tiramisu, sans envisager la scatophilie comme un hobby régulier » disait Freud.

Sigmund avait arrêté son analyse trop tôt.

La première bouchée ampute le récipient cratérisant la préparation.

« - Il est bon ton tiramisu mon chéri ?

   - (réponse dans la tête) : Vieille guenon, ce dessert est aussi dégueulasse qu’une chatte de négresse, j’ai envie de t’envoyer ma fourchette dans l’œil et de t’arracher ton nez avec mes dents.

   - (réponse avec la bouche) : Mmmh … Il est délicieux comme toi ma douceur ! »

L’homme ne terminera pas son dessert prétextant un léger surpoids de son fragile estomac.

Le tiramisu reste sur la table, central, inerte et accomplit.

Il nargue le monde entier par sa texture vomitive et sa couleur mi-chiasse de nouveau né, mi-diarrhée de bonobo .

L’Afrique s’évoque par évidence.

Sa position sur la tablée mène droit en Centrafrique.

Les couches distinctes et successives, beiges, marron foncées et blanches se disputent les places les plus importantes.

Du café, le tiramisu en a que le goût sa couleur étant légèrement laissée pour compte.

En Centrafrique, les musulmans n’occupent que 10% de la population. Le marron clair du tiramisu se fait rare, à peine saupoudré sur les cimes tendues et conflictuelles du dessert.

Les marrons clairs cachent des petits blancs dans le coffre de leur voiture, inertes…

Les deux races se mélangent dans des conflits sanglants.

Le tiramisu est accomplit.

Des larmes de sommations pleuvent sur Bangui ; un enfant n’aime pas le tiramisu.

La capitale Centrafricaine est colorée d’armes et de treillis militaire ; le tiramisu est périmé.

Les musulmans ne sont pas aimés en Centrafrique, et moi je n’aime définitivement pas le tiramisu.

Jean-luc Lémouche

 

 

12 du moi jean-luc lémouche tira

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site