Suzy Salass'

AUTOUR DU ZINC

 

copr3.jpgJe me suis « amusé » à faire un petit tour des bistrots pour grappiller ça et là ce qui se dit de l’actualité, parce que c’est bien beau de vous faire l’écriture tous les mois, parce qu’au final, c’est vous tous, espèce de chers lecteurs, qui commentez l’actualité, naviguez sur le net, écoutez la radio, regardez la télévision et achetez les quotidiens, dieu m’en garde , bande de coprophages.

Propos entendus dans un bar de quartier populaire parisien (investigation quand tu nous tiens) :

copr1.jpg« Hé, Gégé, t’as vu l’autre qui se réveille de son coma et qui devient pédé ? jamais ça m’arrivera à moi ce genre de connerie, et puis des comas éthylique, j’en ai fait 8 et à ce que je sache je suis toujours pas pédé… »

« Ah ouai j’ai vu ça Lulu, mais en fait le toubib a dit que c’était une excuse, il a fait croire qu’en se réveillant il était devenu pédé mais en fait il le soupçonne qu’il l’était déjà et a profité de l’occaz »

« j’ai toujours su que j’aurai pu faire médecine »

« ouai »

copr2.jpg« sinon t’as vu c’est le bordel chez les arabes, ça marche comment les saisons là-bas ? parce que ça fait un moment qu’il dure leur printemps arabe »

« tu sais Lulu, c’est encore ces histoires de dérèglement climatique »

« bah ouai »

 

copr.jpg« M’enfin, n’empêche que ma mère a bouffé sa merde à la maison de retraite, du coup ils ont réduit la facture de sa pension ils ont écrit « exonération des heures de toilettes » »

« ahhh, bah en voila une bonne nouvelle, c’est bon ça »

« De quoi Lulu ? c’est bon la merde ? Mouhahahaha »

 « Hahahahaha, t’es con mon Gégé »

Ca vous la coupe hein espèce de chers lecteurs ? Je ne vous apprend rien si je vous dit que les médias ne jouent pas franc jeu avec les consommateurs… d’une parce qu’ils se disent neutre (ne savent ils pas qu’ils sont manipulés ?) et de deux parce que le dindon de la farce c’est vous…

Alors un conseil, vous voulez de l’infos, de l’analyse sincère ? Abonnez vous à le 12 du Moi ou trainer dans les bistrot sans quoi vous serez contraints à avoir la même alimentation (d’information) que la maman de notre bon Gégé.

 

Robert O'Connell

ACCEPTONS LES MALADIES ! MON CUL !

Nombre de malades sont exclus de toute vie sociale ; sidaïques, personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer , j’en passe et des meilleures (des meilleures façon de parler, parce que là, on fait dans le lourd avec ces deux tares…). Il est essentiel d’intégrer ces personnes au mieux dans notre société, personnellement je ne sais pas trop pourquoi, mais on entend ça partout nan ?

Bref, afin de permettre une intégration de tous ces rebus de la société,  il convient de dédiaboliser la maladie dés le plus jeune âge… Et c’est là que j’interviens espèce de chers lecteurs, j’ai concocté pour vous quelques mises en situations permettant d’aborder le thème maladie avec les plus jeunes. Qu’est ce qu’ils aiment les enfants à part se tripoter la nouille et manger leur crotte de nez ? le jeu évidemment. C’est donc autour de mises en situations que je vais vous donner des pistes pour aborder la maladie avec les enfants.

 

: sdram.jpg Le jeu d’Alzheimer                           

Faites donc démarrer le jeu le jour de l’anniversaire de votre petit, un jour dont il se souviendra,  et dites lui simplement, « petit, on va jouer à Alzheimer » , il vous demandera surement « c’est quoi Alzheimer ? » et ce à juste titre parce que cet ignare en connaît rien de lavie,et cela prouve l’importance d’éduquer les enfants à ce sujet… « C’est une maladie terrible petit, une maladie qui te fait perdre la tête et qui altère la mémoire ».

Donc, le jour de l’anniversaire, ne faites aucun cadeau à votre rejeton et là votre petit se mettra à pleurer certainement, lui qui attendait ses paquets, il faudra lui expliquer que c’est un jeu pour comprendre la dite maladie, qu’ Alzheimer est une maladie grave qui peut toucher n’importe qui, il comprendra… il doit comprendre…

Une fois l’enfant familiarisé avec la maladie vous n’aurez plus à le faire garder quand vous rejoignez votre maitresse au lieu de perdre des heures à lui trouver une baby-sitter  pendant que bobonne travaille. Et si l’enfant s’étonne que vous fassiez plein de bisous et de câlins à une inconnue faites lui comprendre que cette maladie et un terrible fléau, qu’elle est capable de faire oublier qui sont vos proches et surtout, par respect pour le malade, qu’il ne faut pas parler de tout ça, car ça fait très mal au malade qu’on parle de lui dans son dos.

Tout le monde y trouve son compte n’est ce pas ? l’enfant apprend et vous avez pris…

cerveau-8.jpg

 

virus.jpg Le jeu du Sida                         

Comment apprendre à son enfant à respecter et à comprendre ces personnes atteintes du Sida, que cette maladie ne se transmet pas n’importe comment ? La mise en situation espèce de chers lecteurs, la mise en situation.

Soyez radical, expliquer lui les choses telles qu’elles le sont, profitez donc de votre maitresse couverte par votre pseudo Alzheimer pour montrer  à votre enfant les vertus du préservatif, sodomisez votre partenaire en ayant pris soin d’avoir envelopper votre sexe de caoutchouc, « tu vois petit, admettons que j’ai le sida et bien je peux sodomiser n’importe qui grâce à la capote… » « n’importe qui papa ? même un enfant ? » « oui petit, même un enfant »… Une fois l’affaire faite avec votre partenaire, crachez lui à la gueule « tu vois petit, le Sida ne s’attrape pas avec la salive, sauf celle des pédés d’après ce que m’a dit mon père ».

Tout le monde y trouve son compte n’est ce pas ? l’enfant apprend et vous avez pris…

virus-2.jpg

 

Le jeu est un moyen intéressant pour éduquer nos enfants, ça leur suscite des questionnements, ça les prépare à vivre dans un monde cruel habité de sidaïques et de « perd-la-boule ».

 

Tiens mon enfant m’interpelle…. « papa, papa et si j’ai Alzheimer et que je me souviens plus qu’il faut mettre des capotes, j’aurai le Sida ? » « tu poses trop de question branleur , allez hop ,avec tes frères ! chez les curés ! ».

Je n’arriverai donc pas à garder un enfant prés de moi plus de quatre ans ? et bah qu’il aille jouer les malins au couvent ce sodomite, et qu’ils se refilent tous le Sida ces décapsulés de la croupe, qu’ils aillent tous en enfer !

Je veux bien qu’on se pose des questions mais ya des fois où faut arrêter, pfff, je m’en veux de pas être honnête avec mes enfants, pourquoi je me borne à faire dans le politiquement correct moi, « faut respecter untel et untel »…foutaise…je le sais bien, si je veux faire des mes enfants des hommes je devrai leur dire les choses telles qu’elles sont. Le sida c’est pour les pédés et Alzheimer tu les soignes à la mort aux rats et basta.

 

Robert O'Connell

LA PAUVRETE GANGRENE NOTRE BELLE PLANETE

 Il y a de plus en plus de pauvres dans le monde, c’est une réalité. Autre réalité : les pauvres véhiculent des maladies, les dépressions, le suicide, la hausse des charges sociales des Etats… Pour faire simple la pauvreté est une plaie faite de chairs nécrosées qui bouffent petit à petit ce qu’il y a de plus sain dans notre société. Je m’adresse par le biais de cet article à tous les lecteurs pauvres. Alors, si je peux me permettre, et puis merde je me permet, espèce de chers lecteurs pauvres, je vais vous donner des conseils pour être un peu moins pauvre et ainsi vous sauver de votre appartenance à la catégorie « escarre de la civilisation ».

Faire moins d’enfant ou pas du tout :

Je sais que beaucoup d’entre vous me dirons « Robert, avoir deux, trois ,quatre enfants, même plus, ça permet de toucher les allocs, et les allocs ça permet de mettre du beurre dans les épinards », là je vous arrête tout de suite, le beurre c’est pas bon pour la santé surtout pour vous qui avez à peine de quoi cotiser pour votre mutuelle santé. Ceci dit, faites preuve d’un minimum de solidarité merde, arrêter d’enfanter votre grognasse pour le pognon, si vous voulez vous en sortir c’est ensemble (enfin entre vous) et pas chacun de son côté, pensez un peu aux contribuables merde : « Trop d’enfant, tue l’impôt » .

Certes il y a les allocs, et jusqu’à preuve du contraire, ça a jamais servi aux enfants les allocs, ça se saurait, je le saurai. Voulez vous que votre quintet d’enfants soit moquer à la récréation parce que leur sac de bille n’est rempli que de trois calots et deux agates ? Mieux vaut avoir qu’un seul enfant et lui offrir un beau sac de bille bien rempli que de le partager entre John, Kévin, Steven, Steve et Lorie.

 

Devenez végétariens :

Vous, qui avez, je le rappelle, à peine de quoi cotiser pour votre mutuelle santé, et quand on voit les ravages des steaks surgelés de chez carrefour discount, concentrez vous sur les cinq fruits et légumes par jour, la sécu s’en portera pas plus mal. Faites vous une raison, la viande coûte cher, c’est pas pour vous. Devenez végétariens, c’est pas une maladie, et ça donne « bon genre », c’est très bien vu chez les bobos, c’est très « tendance ».

 

Mettez vous à la broderie :

Les gens, et plus particulièrement les pauvres aiment les marques et s’afficher avec, alors plutôt que de vous ruiner en faisant comme cadeaux pour noël, un anniversaire ou la Saint-Valentin, un tee-shirt à la mode ou une casquette signée d’une affreuse virgule, allez à kiabi, à la Halle aux vêtements ou dans les rayons des grandes surfaces , je vous signale que la mode à petit prix c’est pas pour les riches. C’est pour vous les pauvres que ces enseignes sont dédiées. Ensuite acheter une trousse de couture et en avant la broderie, des initiales CK par ci, une griffe BOSS par là…avec un peu de méthode, du sérieux et de la chance, les gens n’y verront que du feu. En plus d’économiser des sommes monstrueuses, vous aurez l’air d’un vrai petit bourgeois à la mode (de Caen ?).

 

Roulez à vélo :

Toujours dans un soucis d’économie : pas de voiture, c’est pas d’essence, pas d’assurance, pas de vidange et autres entretiens. Et sachez que si vous êtes un végétarien et qui roule écolo, alors là vous êtes au summum de la « branchitude ». Et un peu de sport ne fera pas de mal à votre fragile santé de pauvre, vous qui avez à peine de quoi cotiser pour votre mutuelle santé.

 

Des conseils pour être et/ou paraître un peu moins pauvre, j’en ai à la pelle, mais vous êtes pas complètement cons espèce de chers lecteurs, je vous laisse prendre les choses en mains et prendre des initiatives qui tendent à la richesse. Et,  en suivant ces conseils, vous ferez surement un brin d’économie qui vous permettra d’acheter un morceau de viande le 1er dimanche du mois, d’avoir de quoi vous payez une entrée à la pistoche, d’avoir des petits plaisir que vous ne pouviez pas vous offrir, mais avant de dévorer un beau faux filet ou aller tremper votre cul dans un bassin, allez vous faire soigner les chicots et acheter des capotes, c’est d’utilité publique ça.

 

Robert O'Connell

LES PEDE(E)S NE ME FONT PAS BANDER!

J'ai plutot tendance à cibler un certain public quand je souhaite partager un écrit. Tantôt pour les roux, tantôt pour les pédés, tantôt pour les enfants mais surtout pour les gros connards que vous êtes espèce de chers lecteurs. Cette fois-ci je vais tenter d'innover un publiant un article conçu pour tous, du plus jeunes lecteurs au plus vieux (qui n'est autre que Henri IV, et oui, les morts peuvent lire de là où ils sont, c'est Henri qui me l'a dit en personne lors d'une séance "spiritisme & bondage occulte" à laquelle mon cher Dodeka m'a convié. Trêve d'introduction, j'attaque:

 Vous n'avez peut être pas entendu parler de ce petit garçon de 12 ans qui en Angleterre a adopté un mode vestimentaire qui mérite de s'y interresser. 12 ans quel bel age! D'une parce que c'est 12, de deux parce que j'aime cotoyer des jeunes de 12 ans, à cet age ils sont encore des enfants mais déploient une force qu'on ne soupçonne même pas, et puis pour finir à 12 ans on sait encore garder un secret. 

Bref, ce petit bonhomme, qui pourrait être vous espèce de chers jeunes lecteurs, ou encore votre enfant espèce de chers lecteurs adultes, a décidé de faire passer un message fort à la direction de son école. Comme vous le savez, la scolarité anglaise implique le port d'une tenue identique, un uniforme aux couleurs de son école, ainsi aucune différence sociale ne peut s'établir entre les pré ados. Pour moi c'est de la foutaise, parce qu'on a beau avoir le même costume, le pauvre sentira toujours mauvais, le noir sera toujours noir et je ne parle même pas des rouquemoutes. Toujours est il que le p'tit gars a voulu quelque peu changer la donne ; oh il n'a pas voulu porter le niqab ou enfiler son sweet shirt fétiche à l'éfigie d'une grande marque ; il a simplement voulu porter un short à la place du pantalon réglementaire. Et là la direction est claire:"il est strictement interdit de déroger à la règle c'est pour tout le monde pareil". Alors vous me direz espèce de chers lecteurs "Mais qu'est ce qui lui a pris à ce gamin de porter un short en Angletterre? "et là je vous répondrai que lui ou ses parents son complétement cons de vouloir porter un short dans un pays ou il ne fait pas plus de 12° en plein été mais on s'égare... Du coup le petit révolutionnaire en culotte courte, en guise de protestation, n'a rien choisit de mieux que de porter une jupe, la même jupe réglementaire que pour les filles de son école.

Personnellement j'ai trouvé cette histoire poignante, j'ai donc mené ma petite enquête. Je me suis donc rendu à la sortie de l'école, pour rencontrer le jeune "homme", je trouvais ça éxitant. Et là stupéfaction! rien de ce que j'ai pu lire ça et là ne tenait la route,pour ma part je ne voyais à aucun moment un geste de contestation, certes l'enfant portait une jupe mais si c'était que ça, il s'était mis deux boules de coton hydrophile au niveau de la poitrine, portait des bas résille, une perruque blonde, s'était repeint le visage avec du rouge à lèvres, eye liner et autres fond de teint. Révolutionnaire mon cul oui! le garçonnet était pédé comme un phoque ouai!

Le coup de la petite jupe ça m'avait plutôt plu mais tomber sur un transexuel dodécagénaire là non. Perso les pédé(e)s ça me fait pas bander.

Robert O'Connell

 

Art de la merde

« Quand les artistes chient, c’est de l’art ».

Il parait… A en croire Manzoni. Mais vous savez très bien que leur pratique n’est en fait qu’une simple question : « êtes-vous cons ? ». Et en grand troupeau, on répond « oooh ouiiiiiii !!! Nous êtes cons !!!». Manzoni s’est fait traiter d’artiste de merde. Il répond en enfermant trente grammes de merde dans quatre vingt dix boîtes de conserve, vendues selon la valeur du cours de l’or. Les gens achètent (acheteurs de merde). Leur curiosité les pousse à ouvrir pour vérifier que la crotte trône dans le coffret, mais ils savent que s’ils ouvrent, la merde perd son aura en dévoilant son odorat (vous connaissez la vie de luxure des artistes, alors imaginez une merde un lendemain de cuite après trois heures de sodomie, le tout macéré en conserve).

Le 12 du moi se veut être un journal de le humour, qui veut sortir des sentiers battus de le humour, sans être démago de le humour. Autant dire que plutôt que d’essayer de faire rire un bon nombre de personnes, ils nous convainquent que s’ils se font rire tout seul c’est déjà pas mal. Mais on sait tous qu’il y a une part de provocation engendrée pour faire rire autrement, rire d’autre chose. Et après cela, ils jouent à ceux qui ne comprennent rien et qui balancent ? Ah ah ah, laissez moi rire ! Le humour de le 12 du moi ne vaut pas mieux que l’art contemporain.

Le meilleur avec les discussions sur l’art, c’est que ceux qui en parlent le plus c’est ceux qui n’y comprennent rien ou ceux qui s’y connaissent trop. Où est passée la partie plaisir de la vue, plaisir des sens. On doit se tenir à un mètre des chefs d’œuvres des musées, ne pas les toucher, être enfermé entre des murs blancs, se presser devant les plus célèbres en suivant la foule, prendre des photos pour dire « je l’ai vu » même si on ne l’a perçu qu’à travers son écran LCD. Le goût de l’art pour beaucoup n’est qu’un phénomène de société, pratique croissante du « prout-proutisme », doublée de vocabulaire spécialisé et d’abréviations pompeuses.

« Cet acheiropoïète sainte face demeure à tout jamais sur la saint suaire de Turin »

« ces shoot sont sousex’, monte en iso ou balance le 2kg »

«Quelle intensivité dans la figure! Quel beau portrait d’arbre ! »

« Pensez vous que le pyjama a été inventé avant ou après le chauffage électrique ? »

Bande de moules, sortez vous les doigts du cul ! Vous comprendrez en quoi balancer des poutres métalliques dans du ciment frais est passionnant, pourquoi faire du boudin avec son sang (à manger devant les feux de l’amour) est fascinant ou encore pourquoi jeter de la peinture sur une toile est remarquable et fondamental. L’ouverture des chattes s’est faite depuis quelques décennies. A quand l’ouverture et la mise en route de vos petites têtes ? Arrêtons de penser aux nécessités, aux besoins que l’on se crée. Pensons au plaisir, ouvrons nos esprits à des futilités. Vous serez ouverts et heureux. (ouaiiiiiis !!!)

Combien de personnes ont vu, aimé et compris l’enjeu du film « 127 heures » de Danny Boyle ? « Oh l’horreur, je compatis, le pauvre homme a du se couper le bras pour survivre » Combien de personnes ont vu, aimé et compris l’enjeu de la performance « action sentimentale » de Gina Pane ? « Quelle folle de se faire du mal pour rien »

Suzy Salass' 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site