sadomaso; SM; dodeka; servitude;

Oncle Tom : Notre père à tous.

A l’heure où le monde cherche à se croire libertaire je crois qu’il est bon de ressortir ces vieilles choses comme cette réflexion d’Etienne de la Boétie, le discours de la servitude volontaire


« Tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent ? » E. de la Boétie, 1549

« Servitude » et « volontaire »… « Bondage » et « sucette rose » dirait Morpius… « Lapin malin » et « Coup du chapeau » dirait Gourou Génital… « Haine » et « amour » dirait Jean-Luc Lémouche…

Je dis « jeunesse » et « désespoir »…

Pour ma part, je suis assez attiré par la servitude volontaire. Ça me fait penser à la citoyenneté, aux droits et aux devoirs des milliers, des millions de citoyens qui se donnent pour leur démocratie. Et puis s’il faut aller la défendre (La/sa démocratie) à l’autre bout du monde, là encore, pas de problème, y’a du monde à l’appel. On a même professionnalisé les connards qui veulent aller se faire péter la tronche pour la paix et la non-violence, pour une démocratie  mondiale. Jean-Bernard « Etienne » de La boétie a excellemment démontré toutes ces logiques dans son bouquin mais c’est tellement bon d’en parler. Parler de désobéissance aujourd’hui, c’est comme toucher l’anus d’un enfant, si ça n’est pas pour essuyer la merde et l’étaler ça ne sert à rien. L’habitude de la servitude crée l’oubli de la liberté ; Le tyran crée les martyrs et l’obéissance est un préalable à la violence. Voilà les postulats de La Boétie.

« Il y a trois sortes de tyrans. Les uns règnent par l’élection du peuple, les autres par la force des armes, les derniers par succession de race. » E. de la Boétie, 1549

Démocratie, tyrannie, monarchie, oligarchie, même combat ? Henri 4 se sentirait abuser par notre époque. N’oubliez pas les paysans. Voilà qu’il n’y en a plus…en revanche les courtisans sont toujours là à essayer de grappiller quelques miettes. La convoitise demande quelques concessions. En découle, un travail sur soi-même qui est de l’ordre de l’auto-flagellation. A mon époque nous ne connaissions pas le sadomasochisme. De plus il n’était pas associé à l’homosexualité telle qu’elle existe maintenant. Ici, bien sûr, tout cela n’a rien à voir avec cela mais je ne peux m’empêcher d’y penser. Qu’est-ce que vous voulez ? Peut-être ma formation, on n’oublie pas ses premiers amours comme cela. Et puis « Servitude volontaire », c’est super SM. Je vous présenterai.

« Tant qu’il y’aura des Hommes, il y’aura des sadomasochistes pour jouir du bonheur des autres » DoDeK’esclave

« Et tant qu’il y’aura des Hommes, y’aura des pédés » >DoDeKa

 

DODEKA

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site