le 12 du moi guide manuel du sav

Le guide du savoir vivre par Jean-luc Lémouche et Patrick « Gourou » Génital

 

Quelle attitude adopter lorsqu’on est invité à un repas mondain ?

Rubrique ‘Violence et métaphysique en gastronomie’

J.L.L : Lorsqu’une dame sort une cigarette de son étui, il est de bonne augure d’être réactif et de sortir son briquet afin de lui allumer sa tignasse. Ses cheveux brûleront d’une flamme abondante lui offrant la source de chaleur désirée pour l’allumage du clope. Un dicton chinois nous rappelle : « pour qu’un tibétain arrête de fumer, brûle toute sa famille devant lui et fais lui manger leurs cendres, c’est bien plus efficace qu’un patch ».

Gourou : La femme assise devant vous a le visage en flamme et le cheveu qui fume, c’est le moment de la draguer. Si avant vous un autre convive lui a allumé la mèche, il ne vous reste que 7 minutes pour la séduire. Le speed Dating s’offre alors à vous. Placez vos jambes sous votre chaise pour avoir plus d’appuis, reculez votre torse vers l’arrière pour une meilleure allonge et envoyer lui un violent coup de poing dans le front. La pauvre sous le choc tombera raide face dans l’assiette. Rappelez aux autres, entourant la table, qu’un repas est fait pour se remplir la panse et non pas pour se vider les bourses.

 

Gourou : Assis à la table, vous vous apercevez que votre serviette est pliée de façon étrange dans votre verre. Les formes animales sont à l’honneur cette année. Faire de l’humour en poussant un coin-coin ou un bariiiiiiiiiiiiiii est souvent mal perçu par les hôtes. Sachant que de coutume, il faut la replier en fin de repas de manière identique, le plus simple est de faire comme si le réceptacle était remplit de bon vin et de boire le bon tissu en portant un toast ; les convives assoiffés oublieront l’artifice et auront la joie de le retrouver chez eux dans leurs cuvettes.

 J.L.L : Vous rentrez chez vous après ce repas fort ennuyant. Le passage aux toilettes traditionnel précédent le couché vous offre le poussin en papier que vous avez bu tantôt. Il faut immédiatement retourner à l’endroit du repas, réveiller les organisateurs en laissant votre doigt 3 minutes sur la sonnette, attendre qu’ils vous ouvrent, leur tendre le poussin en chantant « petit poussin, qui pue qui pue, sort pas du bain, sort de mon cul, petit poussin quand j’ai trop bu, un coq au vin, poussin du cul ! ».

 

J.L.L : Lorsque vous êtes invité à dîner, il est toujours courtois de vous rendre à la réception les mains pleines. Je vous conseille de vomir entre vos mains et de déposer le tout sur la commode du vestibule. Ne manquez pas de valoriser vos amis : « j’espère que la nourriture sera fine et abondante, je viens de faire de la place exprès … je m’assois où ? ».

Gourou : Vous êtes en retard au repas et dans votre malchance vous trébuchez sur le paillasson et encastrer votre tête dans la porte d’entrée. Le sang coule mais votre vie n’est pas en danger. Plutôt que de déranger tout le monde en demandant un pied de biche et étant à moitié dedans,  profitez-en pour parler aux autres en leur demandant la becquée. Les convives bien que choqués par cette étrange situation apprécierons le trophée de chasse pour peu que vous vous mettiez à bramer.

 

Gourou : Parler à son voisin de table peut vite devenir ennuyant, si la discussion s’éternise sur le temps, la politique ou les foins. Effectuez une légère rotation du corps de manière à ne présenter à votre interlocuteur que votre bassin et vos épaules , il pourra s’il le souhaite continuer à chahuter vos omoplates. Vous lui couperez ainsi la parole par l’intermédiaire de votre colonne vertébrale, tout en admirant les somptueux tableaux accrochés derrière vous .

 J.L.L : Si malgré tout, les tableaux s’avèrent tout aussi ennuyant que votre voisin, munissez vous du couteau à pain, tranchez votre cou comme on saigne une truie d’un coup net. Lâchez le couteau puis prenez votre tête entre vos mains. Certaines convives resteront sans voix devant ce spectacle, attendant la chute. Profitez-en pour faire votre meilleur numéro de ventriloque : « c’est moi Tatayet, j’ai le rhume des foins et l’art me fait chier » ; et les convives de reprendre en cœur « oooooh, tatayeeeeeet ! ».

 

J.L.L : Si vous devez vous rendre aux toilettes pour la grosse commission, il est important de bien relever la lunette. Puis disposez vos selles en boulettes sur le rebord du chiotte sur toute l’ovalie en porcelaine. Enfin, rabaissez délicatement la lunette pour écraser les boulettes de merde qui couleront le long du socle blanc. Pour plus d’originalité, car l’harmonie naît de l’audace, n’hésitez pas à recouvrir d’urine la tapisserie et les décorations des toilettes. Coulures odorantes, la vrai distinction du gentleman !

Gourou : Des gargouillis au repas et vous vous retrouvez aux toilettes en train de déposer un Dali sur une porcelaine Jacob Delafon . Pas de fenêtre, pas de brosse pas de nettoyant. Pas de panique, il suffit pour ne pas se faire abattre de rabattre l’abatant, de replacer son monocle tel le capitaine moutarde et de se recouvrir le visage d’un cataplasme de merde. Faces aux convives rappelez leurs les bienfaits d’un masque à l’argile, votre teint éclatant sera votre salut. 

 

Gourou : Moment tant regretté des convives bien élevés, une coupe de cerises se pose à votre table. Les doigts ne sont pas admis à  la table, saisissez donc les cerises à deux mains comme on saisit un bâton, mettez-les en bouche comme on met en bouche une sucette, recrachez discrètement les noyaux dans un CleanEx comme on régurgite un liquide, rangez les dans un coin de votre assiettes en forme de bite et appelez les enfant de vos amis pour leur faire voir votre chef-d’œuvre.

J.L.L : Lors d’un repas, les enfants ont toujours besoin d’une occupation ludique. Le coup de la cerise et de la bite est un excellent exercice d’éveil psychomoteur. Les adultes ne font jamais attention à leurs enfants pendant un repas. La peur que ce soit leur propre gosse qui soit le plus agité leur fait adopter une attitude d’autruche. C’est à dire qu’un long bec pousse sur le visage des parents et qu’un plumage bombé se dresse sur leurs hanches. Ils n’attendent qu’une chose, que les enfants aillent jouer dehors, ou qu’un volontaire se charge de les distraire. Adressez un regard réconfortant et plein d’assurance aux autruches tout en invitant les mioches dans la pièce d’à côté. Désormais, les autruches ont la tête dans le plat, et vous, vos cerises dans l’oignon des enfants.

 

Jean-luc Lémouche et Patrick "Gourour" Génital

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×