la dode; 12 du moi; dodeka; gran

Les grandes découvertes de La dode

Partie 1 : J’ai découvert l’Amérique

 

Fini l’actualité.  La dode se sent mal. La dode sent. Je doute et ça n’est pas sans raison. Qu’y a-t-il pour que je sois autant grignoté de l’intérieur. Dois-je mourir si jeune ? Je n’ai même pas fêté mes 3000 ans, c’est ridicule. Je dois savoir pourquoi je moisis depuis toute ces années.

Pour cela, je me rends donc en forêt ce mois-ci, rencontrer mon collègue Jean-Luc qui vit avec une famille de tamanoirs. J’amène avec moi un de mes vieux élèves, Christophe Colomb et  une paire de masques à gaz spécial tamanoirs (rapport au nez).

« - Salut ma couille, Heu mon cervelet, tu reconnais mon vieux pote Christophe Colomb ?

-          Oui, je crois. Ah oui, c’est le pédé qui a découvert l’Amérique. Le point de départ d’un beau massacre tout ça. Je suis fier de toi. Tu as toute ta place dans l’équipe du 12 du moi.

-          Je te l’amène parce qu’il veut parler à Claude Guéant. Je crois qu’il veut lui donner quelques conseils. Allez Christophe fais pas le timide, vas jouer avec Claude pendant ce temps tonton Dodek doit parler à Jean-Luc. »

Les tamanoirs impriment les nouveaux 12 du moi pendant que Jean-Luc grave quelques mots sur des écorces d’arbre.

« - Tu sais Jean-Luc. J’ai un souci, je crois que je ne suis pas à 100% pédé. Avec les enfants, il n’y a aucun problème, je les aime toujours autant. Tu le sais, les jeunes garçons c’est ma passion mais avec les hommes j’ai de plus en plus de mal. Je ne bande plus. Toutes ces heures passées en sous-bois à apprendre les rudiments du rectum, ces longues années à emmener des hommes en forêt pour les initier aux joies de la Grèce antique. Je me lasse. Je n’ai plus goût à ça. J’aimerai rester avec toi et Christophe quelques temps. J’ai apporté quelques masques à gaz pour les tamanoirs. Ils vont en avoir besoin si je reste un peu.»

Jean-Luc, pendant que je lui parlais, était déjà en train de redécouvrir l’Amérique dans sa tête. Je m’installais près de lui tout en magnifiant mes émanations. La clé de ma longévité dans ce monde ?

Je décide de faire une introspection. Elle commence à l’entrée de mon anus.

Tout doit être derrière !  Mes 2500 ans de vie, mes doutes, mon impuissance récente. Les réponses à mes questions m’attendent à l’intérieur. Je frappe à la porte de mon anus, un double battant volumineux en bois noir avec une serrure cassée. Je pousse légèrement cette porte qui  malgré son épaisseur s’ouvre sans problème. Aussitôt c’est l’horreur, un Homme en sort…C’est Amerigo Vespuci, je l’avais totalement oublié à l’intérieur. C’est lui qui aurait du avoir les honneurs pour avoir découvert l’Amérique. Au lieu de ça, il est resté coincé dans mon colon pendant toutes ces années.

«  - Chriiiiiiiiiistophe ! ! ! Viens ici. C’est toi qui avais mis cet homme dans mon colon ? Je te l’ai déjà dit, on ne joue pas avec les vies humaines. Il a du se faire chier tout ce temps. »

C’est ainsi que commence la quête du mal qui me ronge depuis tant d’année. Un long voyage dans mon rectum m’attend.

Dodeka

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site