info

ACCEPTONS LES MALADIES ! MON CUL !

Nombre de malades sont exclus de toute vie sociale ; sidaïques, personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer , j’en passe et des meilleures (des meilleures façon de parler, parce que là, on fait dans le lourd avec ces deux tares…). Il est essentiel d’intégrer ces personnes au mieux dans notre société, personnellement je ne sais pas trop pourquoi, mais on entend ça partout nan ?

Bref, afin de permettre une intégration de tous ces rebus de la société,  il convient de dédiaboliser la maladie dés le plus jeune âge… Et c’est là que j’interviens espèce de chers lecteurs, j’ai concocté pour vous quelques mises en situations permettant d’aborder le thème maladie avec les plus jeunes. Qu’est ce qu’ils aiment les enfants à part se tripoter la nouille et manger leur crotte de nez ? le jeu évidemment. C’est donc autour de mises en situations que je vais vous donner des pistes pour aborder la maladie avec les enfants.

 

: sdram.jpg Le jeu d’Alzheimer                           

Faites donc démarrer le jeu le jour de l’anniversaire de votre petit, un jour dont il se souviendra,  et dites lui simplement, « petit, on va jouer à Alzheimer » , il vous demandera surement « c’est quoi Alzheimer ? » et ce à juste titre parce que cet ignare en connaît rien de lavie,et cela prouve l’importance d’éduquer les enfants à ce sujet… « C’est une maladie terrible petit, une maladie qui te fait perdre la tête et qui altère la mémoire ».

Donc, le jour de l’anniversaire, ne faites aucun cadeau à votre rejeton et là votre petit se mettra à pleurer certainement, lui qui attendait ses paquets, il faudra lui expliquer que c’est un jeu pour comprendre la dite maladie, qu’ Alzheimer est une maladie grave qui peut toucher n’importe qui, il comprendra… il doit comprendre…

Une fois l’enfant familiarisé avec la maladie vous n’aurez plus à le faire garder quand vous rejoignez votre maitresse au lieu de perdre des heures à lui trouver une baby-sitter  pendant que bobonne travaille. Et si l’enfant s’étonne que vous fassiez plein de bisous et de câlins à une inconnue faites lui comprendre que cette maladie et un terrible fléau, qu’elle est capable de faire oublier qui sont vos proches et surtout, par respect pour le malade, qu’il ne faut pas parler de tout ça, car ça fait très mal au malade qu’on parle de lui dans son dos.

Tout le monde y trouve son compte n’est ce pas ? l’enfant apprend et vous avez pris…

cerveau-8.jpg

 

virus.jpg Le jeu du Sida                         

Comment apprendre à son enfant à respecter et à comprendre ces personnes atteintes du Sida, que cette maladie ne se transmet pas n’importe comment ? La mise en situation espèce de chers lecteurs, la mise en situation.

Soyez radical, expliquer lui les choses telles qu’elles le sont, profitez donc de votre maitresse couverte par votre pseudo Alzheimer pour montrer  à votre enfant les vertus du préservatif, sodomisez votre partenaire en ayant pris soin d’avoir envelopper votre sexe de caoutchouc, « tu vois petit, admettons que j’ai le sida et bien je peux sodomiser n’importe qui grâce à la capote… » « n’importe qui papa ? même un enfant ? » « oui petit, même un enfant »… Une fois l’affaire faite avec votre partenaire, crachez lui à la gueule « tu vois petit, le Sida ne s’attrape pas avec la salive, sauf celle des pédés d’après ce que m’a dit mon père ».

Tout le monde y trouve son compte n’est ce pas ? l’enfant apprend et vous avez pris…

virus-2.jpg

 

Le jeu est un moyen intéressant pour éduquer nos enfants, ça leur suscite des questionnements, ça les prépare à vivre dans un monde cruel habité de sidaïques et de « perd-la-boule ».

 

Tiens mon enfant m’interpelle…. « papa, papa et si j’ai Alzheimer et que je me souviens plus qu’il faut mettre des capotes, j’aurai le Sida ? » « tu poses trop de question branleur , allez hop ,avec tes frères ! chez les curés ! ».

Je n’arriverai donc pas à garder un enfant prés de moi plus de quatre ans ? et bah qu’il aille jouer les malins au couvent ce sodomite, et qu’ils se refilent tous le Sida ces décapsulés de la croupe, qu’ils aillent tous en enfer !

Je veux bien qu’on se pose des questions mais ya des fois où faut arrêter, pfff, je m’en veux de pas être honnête avec mes enfants, pourquoi je me borne à faire dans le politiquement correct moi, « faut respecter untel et untel »…foutaise…je le sais bien, si je veux faire des mes enfants des hommes je devrai leur dire les choses telles qu’elles sont. Le sida c’est pour les pédés et Alzheimer tu les soignes à la mort aux rats et basta.

 

Robert O'Connell

LES PEDE(E)S NE ME FONT PAS BANDER!

J'ai plutot tendance à cibler un certain public quand je souhaite partager un écrit. Tantôt pour les roux, tantôt pour les pédés, tantôt pour les enfants mais surtout pour les gros connards que vous êtes espèce de chers lecteurs. Cette fois-ci je vais tenter d'innover un publiant un article conçu pour tous, du plus jeunes lecteurs au plus vieux (qui n'est autre que Henri IV, et oui, les morts peuvent lire de là où ils sont, c'est Henri qui me l'a dit en personne lors d'une séance "spiritisme & bondage occulte" à laquelle mon cher Dodeka m'a convié. Trêve d'introduction, j'attaque:

 Vous n'avez peut être pas entendu parler de ce petit garçon de 12 ans qui en Angleterre a adopté un mode vestimentaire qui mérite de s'y interresser. 12 ans quel bel age! D'une parce que c'est 12, de deux parce que j'aime cotoyer des jeunes de 12 ans, à cet age ils sont encore des enfants mais déploient une force qu'on ne soupçonne même pas, et puis pour finir à 12 ans on sait encore garder un secret. 

Bref, ce petit bonhomme, qui pourrait être vous espèce de chers jeunes lecteurs, ou encore votre enfant espèce de chers lecteurs adultes, a décidé de faire passer un message fort à la direction de son école. Comme vous le savez, la scolarité anglaise implique le port d'une tenue identique, un uniforme aux couleurs de son école, ainsi aucune différence sociale ne peut s'établir entre les pré ados. Pour moi c'est de la foutaise, parce qu'on a beau avoir le même costume, le pauvre sentira toujours mauvais, le noir sera toujours noir et je ne parle même pas des rouquemoutes. Toujours est il que le p'tit gars a voulu quelque peu changer la donne ; oh il n'a pas voulu porter le niqab ou enfiler son sweet shirt fétiche à l'éfigie d'une grande marque ; il a simplement voulu porter un short à la place du pantalon réglementaire. Et là la direction est claire:"il est strictement interdit de déroger à la règle c'est pour tout le monde pareil". Alors vous me direz espèce de chers lecteurs "Mais qu'est ce qui lui a pris à ce gamin de porter un short en Angletterre? "et là je vous répondrai que lui ou ses parents son complétement cons de vouloir porter un short dans un pays ou il ne fait pas plus de 12° en plein été mais on s'égare... Du coup le petit révolutionnaire en culotte courte, en guise de protestation, n'a rien choisit de mieux que de porter une jupe, la même jupe réglementaire que pour les filles de son école.

Personnellement j'ai trouvé cette histoire poignante, j'ai donc mené ma petite enquête. Je me suis donc rendu à la sortie de l'école, pour rencontrer le jeune "homme", je trouvais ça éxitant. Et là stupéfaction! rien de ce que j'ai pu lire ça et là ne tenait la route,pour ma part je ne voyais à aucun moment un geste de contestation, certes l'enfant portait une jupe mais si c'était que ça, il s'était mis deux boules de coton hydrophile au niveau de la poitrine, portait des bas résille, une perruque blonde, s'était repeint le visage avec du rouge à lèvres, eye liner et autres fond de teint. Révolutionnaire mon cul oui! le garçonnet était pédé comme un phoque ouai!

Le coup de la petite jupe ça m'avait plutôt plu mais tomber sur un transexuel dodécagénaire là non. Perso les pédé(e)s ça me fait pas bander.

Robert O'Connell

 

INFO DE MERDE ET AUTOCENSURE : ROBERT SE CONFIE

A mon grand regret espèce de chers lecteurs, les médias hierarchisent l’info, du coup l’info est merdique c’est temps-ci, elle l’a d’ailleurs toujours été selon moi, mais quel dommage en ces temps d’anniversaire pour le 12 du moi qu’il n’y ait rien d’autre à se mettre sous la dent depuis des semaines que le nucléaire, les séismes et autres révolutions d’ Afrique.

L’info, je chie dessus régulièrement et depuis longtemps mais en ce moment c’est le ponpon, et cela dit en passant je ne me résoudrais pas à passer  du temps avec des tamanoirs pour pondre un article (n’est-ce pas messieurs et amis La dode et Lémouche... ?) Je ne tomberai pas dans cette facilité là...

En ce moment, à la une des quotidiens, même pas un viol d’handicapé par un valide (et vice versa), pas un chinois qui s’immole, même pas un suicide de roux à cause des moqueries... Rien à se mettre sous la dent, rien ! «Mais le FN qui revient en force Robert, ça ne t’évoque rien ? »me direz-vous espèce de chers lecterus et là je vous répondrai « Qu’est ce que j’en ai à foutre que les Le Pen reviennent en force ?Où sont les Guy Georges et autres Fourniret ? »

Mais de quoi dois-je alors parler pour cette date si spéciale pour le 12 du Moi ?

Parler des japonais, c’est fait et ça m’a fait chier parceque c’est un coup à oublier les chinois même si à peu de choses prés c’est les mêmes.

Parler de bite, vu et revu, même si vous aimez ça bande de cochonnes (grouiiiii grouiiiiii grouiiiii).

Parler de la Côte d’Ivoire, personnellement, le foot africain, c’est pas mon truc.

Parler des enfants, trop fatigué pour en parler, c’est fatiguant les enfants. Passez une journée avec moi, vous verrez si c’est pas fatiguant les enfants.

Parler des roux, j’en ai déjà bien assez parler comme ça dans de précédents articles et on m’a assez reproché que mes articles sentaient forts.

Parler du sport chez les handicapés, c’est pas le moment, j’ai pas envie de rire aujourd’hui.

Et vous, pendant ce temps  espèce de chers lecteurs attendez, attendez, jusqu’à ce qu’un article traite des sujets graves comme un viol d’enfant japonais irradié enfant soldat en Côte d’Ivoire contre la population rousse devenu handicapé aprés les émeutes lybiennes. Vous attendez, attendez qu’un article s’offre à vous avec des propos bien gras et bien lourds. Je ne le ferai pas, car je vais vous faire un aveu, je  suis en reconquête de moi même,et oui, impossible d’être gras en ce moment (même si je fais tout pour écrire avec finesse et délicatesse, un peu comme la moutarde mi forte de chez amora), je n’arrive plus à être moi même, je suis inquiet,pour tout vous dire,  je me suis même surpris à être sujet à l’autocensure ces temps-ci.

Pas plus tard qu’hier, en regardant la télé avec ma compagne ou sa mère (de toute façon ça revient au même) je voyais une grosse pute se pavaner à la télé...alors je demande à ma compagne (ou sa mère) : « je peux la traiter de pute cette grosse pute ? »...Vous vous rendez compte ? j’ai demandé l’autorisation de traiter une grosse pute de grosse pute... « ça va Robert ? » me demande alors la mère de ma compagne (ou sa fille)...J’ai alors éclaté en sanglot : « non je ne vais pas bien, je me bats pour des valeurs saines et je n’ose pas traiter une pute de sale pute ? »... « ressaisis toi mon Robert »me dit mon interlocutrice... « OK ! » je baissais alors mon pantalon afin de me faire sucer. La chose étant faite, je zappais  sur MCM africa et j’insultais à tout va...j’étais guérri, j’avai trouvé le remède à toutes les déprimes.

Les journalistes quant à eux feraient bien d’en faire autant...Une petite pipe de temps à autres, ça les ramènerait surement aux fondamentaux de l’infos.

Robert O'Connell

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site