Blog

LA PIP

Cet article ne s’adresse pas aux trois personnes qui lisent habituellement le 12 du Moi.

Le contenu de ce texte est destiné aux chefs d’états et aux ministres du monde entier. Les autres,
vous pouvez aller cordialement vous faire foutre.

En ce temps de crise (je précise ici que je viens de trouver le début de phrase le plus pourri de
l’univers), il serait temps de se pencher sur les facteurs économiques qui pourraient améliorer
les finances mondiales. J’ai placé un postier devant une calculette, il ne c’est rien passé. C’est un
mauvais facteur économique. Il me fallait trouver une autre méthode.

Nous savons tous que le PIB nous aide à contrôler la production d’un pays, et que plus il est
élevé, plus les esclaves sont dociles. En revanche, nous connaissons moins un autre indicateur
économique : la PIP.

Il s’agit du Produit Intérieur Pute. Plus la PIP par habitant est élevée, plus la croissance économique
est favorable.
pip.jpg
Dans le graphique ci-joint, dont nous tairons la provenance, on remarque que plus le nombre de
putes baisse, plus la PIP par habitant est faible (et c’est pas seulement parce que les habitants de ce
pays sont tous pédés). Donc pour relancer l’économie d’un pays, il faut commencer par relancer la
PIP. Un pays où il fait bon vivre, c’est un pays ou il ya une bonne PIP.

Mais comment savoir si la PIP d’un pays est douce et sereine ?

Nous avons mis en place des petits contrôleurs électroniques à greffer dans la gorge de chacune des
putes d’un pays. A chaque fois qu’un client éjacule, le récepteur envoie un signal à notre ordinateur
de contrôle qui calcule directement la PIP du pays. Le seul bémol de cette technologie, c’est que le
circuit électronique ne sait pas faire le différence entre du sperme et un yaourt bulgare. Il est donc
important pour un gouvernement désireux de surveiller sa PIP d’abolir la consommation du yaourt
chez les prostitués.

Le coût de cette opération est de seulement 3 milliards d’Euros.

Mais prenez garde ! Si vous optez pour ce nouvel indice, les pays voisins jaloux auront tendance à
lancer des controverses, à descendre, à tailler la PIP quoi. Le mieux avec la PIP, c’est de ne pas serrer
les dents, de laisser couler…

Ensemble, combattons la crise, grâce à nos putes et grâce à nos bites !

« La PIP c’est la vie » Jean-luc Lémouche

UNE GROSSE PAIRE DE RAY BAN

J’ai toujours rêvé de faire un film où le spectateur verrait les images à travers une paire de ray-ban.

L’outillage hype du beauf par excellence, la paire de ray ban… L’horreur absolue… Des narines de nègre sur le museau… Autant rouler une pelle à Basile Boli directement…

Et à votre avis, quel corps de métier est le plus prompt à porter le déguisement favori de Francis Poncherello et d’Erik Estrada ? Nan c’est pas les coiffeurs … Nan c’est pas les plombiers … C’est les schmidts, bien évidemment.

Donc, puisque je ne connais pas de riches producteurs juifs pour réaliser mon film, j’ai décidé de me faire mon film pour moi tout seul et de me transformer en Ray Ban de flic pendant une bonne douzaine d’heures. Voici un résumé du scénario palme d’or de ma tête.

« -     Hé dit dont Maurice, t’as vu la gueule de l’aut’ pédé qui roule en peugeot 104 vert foncé ?

-          Owhé dit dont hé l’aut’ hé hohohoho hé dit dont hé l’aut’ hohohoho !

-          Hé t’sais quoi Maurice ? J’suis sur que ce salopard il touche aux p’tits mioches du coin …

-          Rhooo ? Rho beh … Rhooooo …

-          T’as raison Maurice, je vais le signaler aux directeurs des écoles, c’est plus prudent ! »

Après avoir inventé un passé d’agresseur sexuel au quidam, les deux gendarmes ont envoyé le signalement à trois écoles pour qu’ils mettent en garde les parents d’élèves des méfaits potentiels du voyou local.

Un peu plus tard, à proximité d’une école, un homme en accoste un autre :

«  - Hé vous, j’vous r’connais ! T’es l’salopard qui martyrise nos gamins ?

-          Désolé monsieur mais vous devez faire erreur …

-          C’est ça ouais connard, je les reconnais moi les peugeot 104 vert foncé ! PEDOPHILE !

BAM »

L’accusé à pris une grosse droite dans la gueule qu’il n’a pas volé.

Un peu plus tard, à proximité d’une autre école …

« -    Hé m’sieurs m’sieurs, j’vous r’connais, c’est toi qui donnez de l’amour aux enfants ?

-          Heu … non mon petit tu dois te méprendre …

-          Si, si j’te reconnais m’sieurs, je les reconnais moi les peugeot 104 vert foncé ! J’peux t’sucer la bite m’sieurs ? »

Le coupable ne se fera pas astiquer par le jeune Bruno. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que le coupable n’en était pas un.

Plus tard, le télephone de la gendarmerie vint rompre le silence ambiant :

«  - rrrArrLrrO ?

-          Oui Bonjour Hervé Serpillère du parquet de Bayonne, dites moi messieurs, c’est quoi cette histoire de faux pédophile ?

-          RrBrErrN Crr’ESTrr PrAS D’NrrOTrrRrrE FrrAUTrrE Mr’Rsieurs l’jUrrGrE, C’EST PrArCQU’ON Arr TrOP BrUrTrE AVrrEC MrArUrIrCrE . »

De ce film je retiendrai deux choses. Lorsqu’on veut frapper quelqu’un, accusons le d’abord de pédophilie, les autres s’en chargeront. Car les parents d’élèves, c’est comme les journalistes, ils n’appliquent jamais la double information.

Puis, lorsqu’on est pédophile, il faut éviter de rouler en peugeot 104 vert foncé, conseil d’expert !

 

J.L.L

pd-1.jpg

Comme les rois mages en Galilée...

Les grandes découvertes de la Dode

 

Episode 8 : Comme les rois mages en Galilée

 

Je viens de me faire enrôler sans m’en rendre compte. C’est vrai que j’ai deux couilles et deux jambes, cela suffit en Palestine pour devenir soldat.

Mais je ne me suis pas fait recruter par n’importe qui… C’est Mahmoud Abbas lui-même qui en suivant mes aventures s’est permis d’intercepter mon anus en plein voyage. Il me fit descendre et me demanda si je savais précisément où j’étais. Je lui dis que non et que quelque part, je n’en avais pas grand-chose à foutre.

M.A. : « Melchior, Balthazar et Gaspard…ça te parle ? Et Galilée ? Ici, c’est la mer de Galilée. »

Dode : « Ah oui, les rois mages…Bethléem, Nazareth. Les trois homosexuels zoophiles avec des pouvoirs magiques. Un chinois, un noir et un turc, un âne et un boeuf…  Et Galilée, le mec qui disait que la terre tourne autour du soleil et non l’inverse. Nous sommes donc en Palestine. Enfin en territoire palestinien.»

M.A. : « Oui malheureusement, ce pays n’existe pas. Et Israël, notre voisin se prend pour le centre de l’univers. Ils se pensent seul au monde. Viens te battre à nos côtés. Quoi qu’il en soit, tu n’as pas le choix. Et ton anus pourrait nous permettre de faire comme à Troie. Un anus de Jérusalem, c’est une bonne idée, qu’en penses-tu ? »

Dode : « Pourquoi vous battez-vous ? »

M.A. : « Nous voulons être reconnu en tant qu’état à part entière ; il y a eu un premier pas avec l’entrée à l’Unesco mais ça ne nous suffit pas. Nous visons les nations unies. On veut être reconnu dans la rue, que les filles soient nues, qu’elles se jettent sur moi. Qu’elle admire, qu’elle me tue… »

Dode : « Bon, ça va l’autodérision. Vous avez donc le pouvoir de faire rentrer un âne, un bœuf et un poupon au patrimoine de l’humanité. »

M.A. : « Oui, le statut d’Etat bloque par le véto des Etats Unis. Le même pays qui vient de geler les financements à l’Unesco (20% du budget global). Ils ont fait voter 2 lois en 1990 et 1994 qui interdisent le financement des Nations unies qui accepterait les Palestiniens en tant qu'Etat membre à part entière en l'absence d'accord de paix avec Israël. Ils tiennent le monde par les couilles et décide qui sodomise qui et qui se fera sodomiser ? »

Dode : « Je propose le père noël ! On dit qu’il y a une mère noël mais personne ne l’a jamais vu. Et puis il y a des dires comme quoi le père noël serait le quatrième roi mage. C’est comme ça qu’on appelait les pédés à l’époque, tout en toge et cadeaux à Jésus. Ils ont offert de l’or (donc des bijoux, y’a pas plus pd), de l’encens (chez les indiens et les babos, c’est très pd), et de la myrrhe (un parfum). Ma parole, c’est sûr, ils voulaient faire de Jésus un pédé. Et ils ont probablement réussi. Ce mec se baladait en slip et s’infligeait de porter des croix de bois en se faisant fouetter et planter des clous dans le corps. Bon, je dirais donc pédé à tendance sadomaso. »

Cela fit tilt dans mon slip. Peut-être étais-je tombé chez le prophète des homosexuels. Un porte parole de l’amour dans un corps masculin, à part un pédé, je vois pas. Je saluais Mahmoud et profita de la journée pour un pèlerinage spirituel sur les traces du pd le plus célèbre de l’histoire. Cela me permit de penser à tous ces conflits dans cette zone, une grande bataille d’aigles, l’aigle palestinien contre l’aigle américain. On se souvient des derniers à avoir utilisé l’aigle comme symbole.

Parait-il que ça a terminé en une gigantesque partouze skinhead sous la douche.  

 

La Dode

ACCEPTONS LES MALADIES ! MON CUL !

Nombre de malades sont exclus de toute vie sociale ; sidaïques, personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer , j’en passe et des meilleures (des meilleures façon de parler, parce que là, on fait dans le lourd avec ces deux tares…). Il est essentiel d’intégrer ces personnes au mieux dans notre société, personnellement je ne sais pas trop pourquoi, mais on entend ça partout nan ?

Bref, afin de permettre une intégration de tous ces rebus de la société,  il convient de dédiaboliser la maladie dés le plus jeune âge… Et c’est là que j’interviens espèce de chers lecteurs, j’ai concocté pour vous quelques mises en situations permettant d’aborder le thème maladie avec les plus jeunes. Qu’est ce qu’ils aiment les enfants à part se tripoter la nouille et manger leur crotte de nez ? le jeu évidemment. C’est donc autour de mises en situations que je vais vous donner des pistes pour aborder la maladie avec les enfants.

 

: sdram.jpg Le jeu d’Alzheimer                           

Faites donc démarrer le jeu le jour de l’anniversaire de votre petit, un jour dont il se souviendra,  et dites lui simplement, « petit, on va jouer à Alzheimer » , il vous demandera surement « c’est quoi Alzheimer ? » et ce à juste titre parce que cet ignare en connaît rien de lavie,et cela prouve l’importance d’éduquer les enfants à ce sujet… « C’est une maladie terrible petit, une maladie qui te fait perdre la tête et qui altère la mémoire ».

Donc, le jour de l’anniversaire, ne faites aucun cadeau à votre rejeton et là votre petit se mettra à pleurer certainement, lui qui attendait ses paquets, il faudra lui expliquer que c’est un jeu pour comprendre la dite maladie, qu’ Alzheimer est une maladie grave qui peut toucher n’importe qui, il comprendra… il doit comprendre…

Une fois l’enfant familiarisé avec la maladie vous n’aurez plus à le faire garder quand vous rejoignez votre maitresse au lieu de perdre des heures à lui trouver une baby-sitter  pendant que bobonne travaille. Et si l’enfant s’étonne que vous fassiez plein de bisous et de câlins à une inconnue faites lui comprendre que cette maladie et un terrible fléau, qu’elle est capable de faire oublier qui sont vos proches et surtout, par respect pour le malade, qu’il ne faut pas parler de tout ça, car ça fait très mal au malade qu’on parle de lui dans son dos.

Tout le monde y trouve son compte n’est ce pas ? l’enfant apprend et vous avez pris…

cerveau-8.jpg

 

virus.jpg Le jeu du Sida                         

Comment apprendre à son enfant à respecter et à comprendre ces personnes atteintes du Sida, que cette maladie ne se transmet pas n’importe comment ? La mise en situation espèce de chers lecteurs, la mise en situation.

Soyez radical, expliquer lui les choses telles qu’elles le sont, profitez donc de votre maitresse couverte par votre pseudo Alzheimer pour montrer  à votre enfant les vertus du préservatif, sodomisez votre partenaire en ayant pris soin d’avoir envelopper votre sexe de caoutchouc, « tu vois petit, admettons que j’ai le sida et bien je peux sodomiser n’importe qui grâce à la capote… » « n’importe qui papa ? même un enfant ? » « oui petit, même un enfant »… Une fois l’affaire faite avec votre partenaire, crachez lui à la gueule « tu vois petit, le Sida ne s’attrape pas avec la salive, sauf celle des pédés d’après ce que m’a dit mon père ».

Tout le monde y trouve son compte n’est ce pas ? l’enfant apprend et vous avez pris…

virus-2.jpg

 

Le jeu est un moyen intéressant pour éduquer nos enfants, ça leur suscite des questionnements, ça les prépare à vivre dans un monde cruel habité de sidaïques et de « perd-la-boule ».

 

Tiens mon enfant m’interpelle…. « papa, papa et si j’ai Alzheimer et que je me souviens plus qu’il faut mettre des capotes, j’aurai le Sida ? » « tu poses trop de question branleur , allez hop ,avec tes frères ! chez les curés ! ».

Je n’arriverai donc pas à garder un enfant prés de moi plus de quatre ans ? et bah qu’il aille jouer les malins au couvent ce sodomite, et qu’ils se refilent tous le Sida ces décapsulés de la croupe, qu’ils aillent tous en enfer !

Je veux bien qu’on se pose des questions mais ya des fois où faut arrêter, pfff, je m’en veux de pas être honnête avec mes enfants, pourquoi je me borne à faire dans le politiquement correct moi, « faut respecter untel et untel »…foutaise…je le sais bien, si je veux faire des mes enfants des hommes je devrai leur dire les choses telles qu’elles sont. Le sida c’est pour les pédés et Alzheimer tu les soignes à la mort aux rats et basta.

 

Robert O'Connell

2 jambes pour un anus

Les grandes découvertes de la Dode : Episode 7

Après Bling bling Anus et la fortune acquise, je m’empressais de me faire approcher par tous les groupuscules passés et présents. La secte du temple du soleil m’approcha. Leurs membres voulaient la refonder autour d’un certain gourou nommé Tintin. Les francs-maçons vinrent à moi, le Pape Benoit XVI voulut me rencontrer mais je n’avais pas le cœur à me laisser embrigader bien que j’adore me faire ligoter, vous n’avez qu’à demander à Morpius.

Ce mois-ci, je pars en bivouac tout seul. Je ne veux pas qu’on m’emmerde. Ma vie a été assez périlleuse les six derniers mois, j’aimerai que les six prochains, je puisse flotter dans un océan de coton et sentir des volutes de roses sur ma couche, des onguents à la pomme, des baumes du tigre sur des peaux fermes et tendus. Des muscles à en perdre son grec, de la bite nom des dieux…de la bonne grosse bite.

Je crie à l’univers entier : Je suis pédé. C’est sûr maintenant. Il ne me reste plus qu’à me mettre à la danse et à la coiffure et j’obtiendrai surement un certificat ou un diplôme.

Pourquoi m’a-t-il fallu 2500 ans pour en être sûr ?

Je prends une trentaine de paires de chaussettes et je re-rentre à l’intérieur de mon anus. Je prends mes jambes à mon cou et me lance dans un tour du monde rapide. Après une escale au musée du placo-plâtre pour faire un bécot à mon petit Jack Mam’ (que je retrouvais cette fois en pleine discussion sur la place fondamentale de la tôle et de palette dans la vie de l’être humain),  je prenais la route avec mon Anus de 12 lieues.

D’abord, l’Irlande où O’Connell cuve sa bière. Depuis 1 mois, il se met à aimer les chats, c’est qu’il doit être sacrément saoul ou roux. Puis après avoir cassé trois-quatre dents à des homophobes avinés, je prenais  la route du Pôle Nord, on m’a parlé d’un nouveau trou dans la couche d’ozone et il parait que dessous on y bronze comme personne. Si je peux m’éviter une séance d’UV à New York, je prends. Je sais, je fais ma fille mais ça compte ces choses là, bande d’auto-bronzés, confédérés !

Je passe ensuite par le Canada. Je croyais y voir Gourou G. (GG) mais sa cachette canadienne était vide. Je sais pourtant qu’il aime aller s’y ressourcer à cette période de l’année. Il a du prendre une autre destination. Peut-être sous l’océan.

J’enjambe les lacs du Nord des États-Unis pour me retrouver à New York où je rejoins Morpius pour une séance de ligotage « ceinture noire ». Je passais la nuit accroché à une pseudo statue de la liberté… un dépaysement parfait.

Pour me dégourdir, je traverse les déserts du Sud des Etats-Unis puis ceux du Mexique et enfin la forêt Amazonienne pour arriver à la cordillère des Andes. En passant à l’extrême sud de la cordillère des Andes, au sud du Chili, je remarquais un groupe de militaires français. Un exploit pour eux, une peccadille pour moi. Avec tout le gaz que j’ai à bruler je peux survivre à des températures proches du zéro absolue.

En un saut de puce, je passais l’Océan Atlantique et me retrouvais sur le continent…des grosses bites. D’habitude, je n’y vais qu’une seule fois par an, j’ai du mal à m’en remettre mais là je suis obligé d’y passer pour continuer. Je vais me retenir. Tiens, je vais passer voir Lémouche, je crois qu’il s’entraîne à créer de la famine autour de lui en ce moment. Il me fit une conférence sur la bêtise d’avoir une enveloppe corporelle qui nous obligeait à manger, ce qui donnait des résultats hideux en Afrique. Il continua un bon moment mais je le quittais sans qu’il ne s’en aperçoive, il vaut mieux être prudent avec Jean-Luc, ses potes les conserves en métal l’ont mauvaises en ce moment avec le Bisphénol A.

Pas de grandes découvertes sans risques. Je décidais d’approcher la Palestine, cette terre aux mille appartenances. On m’interpella :

« - Tu as des jambes ?

Oui deux !

-          Tu as des couilles ?

Oui deux !

-          Tu es engagé !

Pardon ! »

 

La Dode

Le Bide du Routard

Parce qu’il y a les destinations somptueuses convoitées par tous les couples pour une lune de miel romantique et inoubliable, il y a aussi ces coins méconnus de France, ces évènements, ces lieux uniques qui méritent tout autant notre attention.

Votre Dévoué Jack Mam’ vous propose un tour d’horizon champêtre de ce qui fera l’objet de vos prochaines vacances : accrochez les ceintures de l’imaginaire, démarrez le fenwick de vos envies, et c’est partie pour l’autoroute du rêve sans péage !

 

Le muséum du Placoplâtre à Rouen

placo-platre-2.jpg

Qui parmi nous n’a jamais songé à laisser les murs de sa maison neuve tels-quels, sans peinture, sans lambris et sans crépis, laissant l’œuvre placoplâtrique apparente, signée des mains de Pedro son créateur, l’ouvrier le moins cher de Normandie ? Réponse ? 4 lettres, pas mieux : Personne.

Digne enfant du Noir et du Blanc, le gris omniprésent est un appel à l’amour. Au cœur du mélange des races, il dit « oui » ou métissage et « non » à la consanguinité.

Des alvéoles de Blanc réparties sur l’ensemble de l’œuvre viennent évoquer l’équilibre et la pureté de l’union du Blanc et du Noir enfantant le gris. Quelques malheureuses âmes égarées ont souillé l’innocence de l’ouvrage par quelques tâches rouge évoquant (d’après les délinquants) le viol abusif des blancs sur les noirs pendant la délicieuse époque coloniale.

Les voyous n’ont aucun sens artistique, il n’y a qu’à voir les fresques sur les murs des chambres des prisons…

Bref le muséum du Placoplâtre de Rouen renferme bien des surprises et saura égayer votre journée avec douceur et enchantement !

Ouvert toute l’année.

45€ l’entrée.

43,50€ chômeurs / étudiants.

 

La gouttière de la maison d’enfance de Serge Perrot à Sochaux :

150626-gouttiere-demi-ronde.jpg


Serge Perrot, le célèbre artisan charcutier, ne pouvait pas passer à côté d’une éloge nationale. Au 26 bis rue de l’Eglantine, sa maison natale arbore une gouttière historique devenue depuis avril 1994 « patrimoine mondiale de l’Unesco ». Drôle de destin pour Serge qui se lança dans une carrière de charcutier parce que la gouttière de sa maison avait la forme d’un boudin.

Ouvert de octobre à janvier.

23€ l’entrée, gratuit pour les moins de 6 mois.

 

Visite guidée de la Maison de Retraite d’Evaux les Bains

 

vieux.jpg

La résidence Anne d’Ayen est fière d’ouvrir les portes de la résidence au large public.

La doyenne Constance vous accueillera pour vous faire visiter les locaux, puis, munie de son sonotone, elle répondra à toutes vos questions.

Après la visite, les figures emblématique locales seront à votre disposition pour photos et dédicaces :

Gaspard Biseau : le champion de belote d’Aubusson en 1920.

Annette Poitou : la recordwomen du canton de recouse de pantalon (3624 à son actif). 

Lucien Vérole : la figure historique de la collaboration creusoise (a dénoncé 89 juifs et 2 pédés sur le secteur en 1941).

Monique Buche : tondue à la libération, elle a gardée cette coiffe par élégance et nostalgie.

Ouverture : 9H00 / 18h00

376€ / personne ; tarifs de groupe nous consulter.

Tel : 05 55 65 53 79

13 FG MONNEIX - 23110 EVAUX LES BAINS

 

Le Championnat du Monde de Tôle Ondulée à Epinal :

tole-ondulee-fibre-ciment.jpg


Tous les premiers week-end de Novembre au musée départemental d’art ancien et contemporain d’Epinal.

Concours ouvert à tous les amateurs et les professionnels de la tôle ondulée.

Inscription : 38€ à partir de 16 ans (sauf compagnonnage).

Différents prix :

-         La tôle Goliatt (la plus grande tôle)

-         La tôle de Plume (la tôle la plus légère)

-         La tôle d’amour (la tôle la plus esthétique)

-         La tôle du cœur (prix du public)

-         La tôle les opticiens (blague de merde)

Bonne chance à tous les participants !

 

 

La plaque d’égout de Decazeville :

plaque-d-egout.jpg


La plus célèbre roue de fonte de France est désormais visible par tous les touristes et curieux visiteurs. Après 78 années de travaux, la voici de nouveau en place pour le plaisir des yeux et du portefeuille des commerçants locaux qui exposent déjà les cartes postales souvenirs de la plaque.

24h/24, 7J/7. Tout public. Gratuit.

 

Concours Photo des chiottes les plus sales de France :

tite-04-09-29-sete-16-les-chiottes-les-plus-sales-de-sete.jpg


 

Pour représenter votre territoire à l’échelle nationale, participez au grand jeu concours photo des chiottes les plus sales de France.

Les éditions précédentes ont vu gagner les toilettes des docks du Havre (1er prix), la cuvette du PMU de Calais (second), et enfin les gogues de la gare de Limoges (troiz).

Inscription gratuite.

gign-toilettes-abandon-1.jpg

Envoyer les photos avant le 12 février 2029.

Prix à gagner :

Lot N°1: Visite guidée de la Maison de Retraite d’Evaux les Bains

Lot N°2 : Visite de la gouttière de la maison d’enfance de Serge Perrot à Sochaux 

Lot N°3 : Deux places pour le muséum du Placoplâtre à Rouen

 

Bonnes vacances !

Jack Mamadou Von Den Berg

Repu de Graisse

Je travaillais, léger et serein, sur la composition chimique de l’actualité, vautré sur une table de dissection d’Orang-outan, quand un jeune arriviste à peine guérit de l’acné vint interrompre mon savoir-faire.

Sortant de l’école de journalisme, cet ambitieux pubère était tombé par hasard sur le 12 du Moi en surfant sur le net. Le Gourou Génital n’ayant pas d’adresse physique, Dodeka voyageant autours du monde, Morpius étant obsédé sexuel et O’connel étant roux, il ne restait plus que moi, réduit à l’état de cervelle dans un bocal (et donc d’apparence inoffensive pour un quidam), pour répondre à ses misérables et tendancieuses questions.

 

 

« Le Jeune Journaliste :

Jonathan Shapiro, aka Zapiro a caricaturé le président sud-africain avec une pomme de douche dans la main parce qu’il a violé une séropositive, et qu’il a prévenu toute contamination en se lavant la bite sous la douche. Vous en pensez quoi ?

Jean-luc Les Douches :

Je pense que si l’Afrique fabriquait plus de douches au lieux de plus de puits, il y aurait un peu moins de sida là bas.

Je crois aussi que dessiner un pommeau de douche dans la main d’un noir veut aussi dire « hiii vwaiment là, avec mon gwos zizi jé pé mé douché en toute quiétude ».

Au final je pense qu’il faudrait demander au pommeau son point de vue en la matière. Vue que la peau (noir) d’un noir (noir) est inlavable (parce que noir) ; cela ne démontre-t-il pas l’impuissance de la technologie sanitaire face à l’insalubrité de la nature ?

 

Le Jeune Journaliste :

Que pensez vous du pèlerinage des gitans tous les ans  aux Saintes Marie de la Mer ?

Jean-luc Manouche :

Je pense que c’est là une excellente occasion de jouer à une partie de RISK grandeur nature. Les Roms ont fait une erreur de manœuvre ; on ne réunit pas toute son armée sur un si petit territoire. C’est un jeu d’enfant de les anéantir.

 

Le Jeune Journaliste :

Gérard Depardieu qui pisse dans une bouteille avant le décollage d’un avion, ça vous évoque quoi ?

Jean-luc Lelouch :

Si tu observes attentivement les moments où un hippopotame pisse ou chie, tu remarqueras que ces instants ne répondent qu’à un besoin immédiat d’évacuation. Certes l’hippopotame est en proie à la provocation, mais j’eusse alors préféré qu’il boive un verre de kérosène avant d’asperger le pilote en chantant « plus vite chauffeur, plus viiiiite ! ».

 

Le Jeune Journaliste :

Le procès de Jacques Chirac ? Ca vous inspire ?

Jean-luc L’esbroufe :

Quand l’ombre de Maurice Papon rode sur son parcours, on ne peut que suivre les instructions du maître. Pour ma part, j’aimerai connaître assez vite la vieillesse pour être chiant, lourd et sourd au maximum, afin de donner aux argumentaires les raisons suffisantes pour euthanasier les plus de 60 ans sans discuter. 

 

Le Jeune Journaliste :

Un homme tente de braquer une bijouterie, il prend peur et s’échappe sans rien voler. Il oubli ses gants dans le magasin, la police les trouve et retrouve l’homme pour le mettre en prison…

Jean-luc Les moufles :

Oui je connais cette histoire … Si je viole une petite fille et que j’oubli mon slip, soyez bien certain que je préfèrerai me couper la bite plutôt que de finir en tôle…

 

Le Jeune Journaliste :

Quel sort jetterez-vous à un violeur d’enfant ?

Jean-luc Les couches :

La légion d’honneur !

 

Le Jeune Journaliste :

Au pays basque, à Hondarribia, voilà quatre ans que la pêche au mollusque est prohibée à cause de la pollution …

Jean-Luc les Moules :

Bon écoute moi bien espèce de petite merde de Pujadas Junior, tu n’es pas sans savoir que j’en ai absolument rien à branler des palourdes, de la pêche, du pays basque et encore moins de la pollution.

Tu veux qu’on parle d’intoxication alimentaire ? »

 

Le sympathique et jeune reporter pensait ne rien risquer en ma présence. Ce fut une erreur d’appréciation. Je l’ai allongé sur la table de dissection. Je l’ai découpé, puis mangé sans faire d’intoxication alimentaire.

Je digère très bien le connard, et vous conseille vivement la recette !

Jean-Luc Lémouche

SALOPARD DE CHAT, TU ES SI MIGNON!

 

Je me réveille soudainement, c’est pas mon habitude, quelque chose ne tourne pas rond ce matin, en effet je sors de mon sommeil comme embrumé et la première chose que je vois c’est une fine pellicule de foutre séché sur le ventre, c’est vraiment dégueulasse et inquiétant. Un regard à gauche, un autre à droite, personne, dois-je être pour autant rassurer ? L’avenir nous le dira…

Je sens cependant une présence non loin de moi. L’oreille attentive, j’entends un ronronnement régulier à mes pieds. Je me redresse, et j’aperçois mon chat, saloperie de chat qui me regarde d’un œil mi accusateur mi moqueur. Apparemment il en sait plus que moi cette saleté.

« Qu’est ce que t’as à me reluquer comme ça ? »

« Miaou »

« p’tite merde va… »

Et dire que sans mon intervention ce chat aurait pu finir à la fourrière, à la SPA ou chez une de ces vieille peau qui collectionne les félins. Je lui ai donné tout mon amour, du temps, de la bouffe… et lui ce satané carnassier ce fout de ma gueule.

« Qu’est ce t’as vu pour gausser comme ça ? »

« Miaou »

Quel merde ce chat, il continue à se foutre de ma gueule, avec ma tache de semence écaillée sur le ventre.

« Tu vas voir c’que tu vas voir p’tite merde si tu continues à te foutre de ma gueule, j’vais t’emmener faire un tour sur le périf’ tu f’ras moins le malin »

« Miaou »

J’aime pourtant la redondance mais c’est « miaous » à répétition me mettent hors de moi… Saloperie de chat ! moi qui lui donne à bouffer, le soigne, lui gratte le ventre quand bon lui semble, lui lance sa baballe qui ne ramène jamais d’ailleurs, « bon à rien » !

Et cette vermine, ce sacripant, ce parasite a le culot de se rapprocher de moi, alignant un à un ses coussinets "en mode élégance" tout en redoublant l’intensité de ses ronronnements…

« T’as faim, c’est ça, p’tite racaille fécale…haaaa là, y a du monde pour demander à bouffer mais quand c’est pour se foutre de ma gueule, t’es pas en reste…fumier d’lapin !!! »

« Miaou »

Cet abruti de fauve miniature continue sa parade et arrive à mes pieds, d’un coup de tête il cherche les caresses et se frottant sur mes orteils.

« tu manques pas d’air toi vaurien! »

« Miaou »

« Ouai c’est ça ouai…pffff »

Je crois à son dernier miaulement qu’il avait compris que j’étais contrarié par son attitude caustique, il cherchait surement à se faire pardonner de s’être moquer de moi depuis mon réveil.

Pas manquer , cette canaille approche de moi, s’arrête au niveau de ma bedaine souillé et se mis à pourlécher mon abdomen avec sa petite langue râpeuse…

C’est mignon non espèce de chers lecteurs ? comment pourrais-je lui en vouloir ?

Une fois néttoyé, je me lève et lui donne sa pâtée préférée...

 

Robert O'Connell

 

Un Tramway nommé désir !

 

Guéant (BAM-BAM), Champion (BAM-BAM), le reste c’est du bidon !

Répètent-ils en cœur dans ma tête. J’aime Claude Guéant plus que tout au monde.

Il (et ses compatriotes) ont affrété un tramway remplit de la pire des espèces. Celle qui donna son nom a une cigarette jaunâtre qui empestait autrefois les PMU égarés. 

 

J’ai longtemps hésité à choisir un titre pour cet article ; j’aurais d’ailleurs pu écrire un article fait que de titres. Mais j’avais d’autres choses à dire, alors il a fallu trancher.

Voici les titres déchus que vous avez manqués :

-         Le Nomade Land

-         Roms must go on

-         La météo l’a dit : demain, il fera un gitan de merde.

Alors que les parasites gitans souillaient nos bidonvilles, nos parkings et nos terrains vagues, les citoyens ruminaient leur haine dans les repas de famille afin de transmettre des valeurs fondamentales à leurs enfants qui haïssaient déjà la guitare.

Mais ça ne suffisait pas à Zorro Claude.

La route du rhum à la rame, un petit coup de rhum pour la route, et un petit coup de tram pour les roms.

Avec la RATP comme complice, un grand convoi a quitté notre noble terre par delà la frontière.

Je verse une larme.

Moi qui suis un éternel nostalgique de 42, voilà que mon fidèle ami Claude Guéant me fait revivre les meilleurs moments de la rafle du vel d’hiv. Merci mon pote, ça fait chaud au cœur.

 

C’est les poules qui vont être contente.

 

Dans cette vague somptueuse d’exclusion, j’aimerai quand même mon Claudio d’amour que tu n’omette pas certaines personnes. Si tu pouvais nous débarrasser des quelques Gipsy King, Sanseverino et Thomas Dutronc, tu ferais de moi un homme comblé.

Car il y a pire que le gitan qui chante et qui vole ;  il y a celui qui joue au gitan en imitant l’attitude manouche. Celui là je veux qu’il meure. Tout simplement.

 

Et puis ton tram, où est-il partit ? La presse nationale nous annonce son départ mais pas son terminus. Sachant que le peuple gitan est un peuple nomade, ce tramway va t-il tourner éternellement autours de nos frontières ? Où bien nous a tu concocté un de ces délicieux camps comme à Mysore, à Dabaab ou à Maela ?

 

Il n’y a plus de chaises pour s’asseoir.

 

Pour terminer cet article, j’aimerai qu’on se quitte sur cette chanson de Serge Lama, le chanteur qui crache :

Hé l'ami, ce soir c'est la bourrasque
Je t'achète un masque
Et une chemise en soie
Ce soir je t'emmène
Sors tes grands "je t'aime"
De galas
Paris s'illumine
Comme une vitrine
De Trenet, de Chevalier
Ce soir on est les héritiers

 

Rom, Rom, Rom, fais-nous voir le ciel
Rom, Rom, Rom,  fais-nous du soleil
Rom, Rom, Rom,  rends-nous les ballons
Les ballons rouges et ronds de notre enfance
Rom, Rom, Rom, fais-nous voir l'amour
Rom, Rom, Rom, sous son meilleur jour
Rom, Rom, Rom, fais-nous in the room
Du Prosper youp là, youp là, boum

 

J.L.L

 

DoDeKa Coté Bourse

Episode 6 des grandes découvertes de La DoDe

 

Après les conseils du monstre des marais je décidais de changer de cap. Il me faut un esprit plus capitaliste, il faut que je bouffe à tous les râteliers. Que la chatte coule à flot, que les trous noirs nous aspirent et que ma richesse vienne.

J’ai reçu une lettre dans ma boite à moi que j’ai posé moi-même tout seul. Vous savez comme les couples hétérosexuels ont à l’entrée de leur pavillon tout pourri qu’ils mettent 200 ans à se payer.

 

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Mr Riche Trésor

Et ses amis

                                               A Mr/Mme ?  DoDeka

Cher DoDeka,

 

Il semblerait que vos frasques routardes et que vos inepties touristiques depuis quelques mois mettent en émoi les satellites de notre si précieux système globalisé de surveillance...euh pardon, de sécurité.  Nous n’avons donc pas pu retrouver une file de 200 voitures dans le désert.

Nous vous serions gré d’utiliser votre véhicule organique lançant des ondes magnétiques désagréables pour l’avenir de la planète terre avec plus de parcimonie. En échange, nous vous prions d’accepter tout ce qui pourrait vous faire plaisir. Du chantage nous irait parfaitement.

En espérant que la corruption vous atteigne, veuillez recevoir nos sentiments les plus profonds.

 

                                                           Le congrès des Hommes les plus riches du monde

(et qui souhaitent bien le rester)

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

En gros, j’avais gagné à la loterie mais en mieux. En plus classe ! Pas en cochant des numéros idiots sur une grille. En plus, il n’y a qu’un 12 sur cette fichu grille et je ne sais jamais quoi cocher. Bref, après avoir reçu cette lettre, je me suis dit que je pourrais profiter de mon influence pour vivre à l’aise quelques années. Vivre du chantage, c’est vivre tout de même. De plus je me sentais bien une âme de Robin des bois ces temps-ci.

Intérieurement, je me vois bien voguer pour voler, extorquer aux grandes richesses pour finalement donner aux… pauv… Grecs.

Au lieu de ça, les Hommes les plus riches du monde m’offrent ce que je veux. Et aujourd’hui ce que je veux c’est rentrer en bourse. Puer l’argent à des kilomètres me ferait le plus grand bien. Coté bourse, Je crois que je vais reprendre la confection chinoise de Robot Gourou Génital, l’usine irlandaise de bière O’Connell, le Lémouche Glacial et l’usine de poupées russes gonflables Morpius. Ça va me faire un bien fou au moral.

 

La firme DoDeka, c’est avant tout l’héritage d’une nation antique, c’est l’arc en ciel de l’esprit d’entreprise et quelques puits de pétrole qu’on m’a offert. Est-ce que ça n’est pas merveilleusement que mon entreprise se repose sur un geyser de merde terrestre sorti par perforation?

Je m’aime…Je reprends goût à la bite.

 

 Les puits de pétrole Dodeka © partout dans le monde. Vous avez surement un puits de pétrole DoDeka © près de chez vous.

-------------------------------------------------

DoDeKa © Corps

C’est mauvais pour votre moral

Mais tellement bon pour le mien

----------------------------------------------------

 

La DoDe

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site